dimanche 29 mars 2015

Frida Kahlo... "Un ruban autour d'une bombe"

Maud Guély & Rachel Viné-Krupa : 
"Un ruban autour d'une bombe, une biographie textile de Frida Kahlo"
(Ed. Nada, 2013, 128 p.)

Voici un ouvrage original pour qui s'intéresse à Frida Kahlo (comme moi !).
Il ne s'agit pas à proprement parler d'une "biographie textile" : le livre déroule la vie de Frida Kahlo par grandes périodes, chaque tête de chapitre étant illustrée par un portrait de Frida et chaque chapitre comportant plusieurs dessins de ses costumes mis en scène en noir et blanc :

Quelques têtes de chapitre du livre
  • 1907-10 / Ma naissance
  • 1910-17 / La révolution
  • 1918-21 / Frida jambe de bois
  • 1922-28 / Les cachuchas
  • 1929-33 / Frida Kahlo de Rivera
  • 1934-38 / La pelona
  • 1938-40 / New York-Paris
  • 1941-49 / Le cerf blessé
  • 1950-52 / Nature vivante
  • 1953-54 / Alas pa' volar
Frida Kahlo peignant alitée en 1954
La biographie est bien résumée, et met parfaitement en exergue les terribles douleurs qu'endurera Frida absolument chaque jour de sa vie. Terrifiant. Elle n'a que 47 ans quand elle meurt en 1954 et on frissonne en lisant comment son corps est cassé et rapiécé, le nombre d'opérations et de mois d'immobilisation clouée au lit. Mais toujours, même alitée, comme le présente l'ouvrage, Frida Kahlo aura à coeur d'être coiffée, maquillée, élégamment vêtue et parée de ses bijoux.
Le récit est en outre agrémenté d'extraits de la correspondance de Frida soigneusement choisis.
Frida :
"Mon Diego, Miroir de la nuit. (…) Tu t’appelleras AUXOCHROME – celui qui capte la couleur. Moi CHROMOPHORE – celle qui donne la couleur. Tu es toutes les combinaisons des nombres. La vie (…) Tu remplis et je reçois. Ta parole parcourt tout l’espace et parvient jusqu’à mes cellules qui sont mes astres et va jusqu’aux tiennes qui sont ma lumière." (p.87)
André Breton lors de son séjour au Mexique en avril 1938 : "Au mur du cabinet de travail de Trotski, j'ai longuement admiré un portrait de Frida Kahlo de Rivera par elle-même, en robe d'ailes dorées de papillons, c'est bien réellement sous cet aspect qu'elle entrouvre le rideau mental. il nous est donné d'assister, comme aux plus beaux jours du romantisme allemand, à l'entrée d'une jeune femme pourvue de tous les dons de séductions qui a coutume d'évoluer entre les hommes de génie". (p.58) 
Après sa rupture avec Frida (à l'initiative de celle-ci), Trotsky quittera la maison bleue en y laissant le tableau offert par Frida (pour voir ce tableau : "L'ultime secret de Frida K", pour voir le dessin correspondant dans "Un ruban autour d'une bombe" : "Viva").
André Breton : "L'art de Frida Kahlo est un ruban autour d'une bombe". (p.58)
Costume et cheveux coupés
"Un ruban autour..." p.67
Autoportrait cheveux courts
1940 (Moma New York)


Les dessins en noir et blanc sont agréables ; on n'a qu'une envie : sortir ses crayons de couleur ! 

Ils illustrent des moments de la vie de Frida avec ses tenues particulières, comme le costume masculin trop grand que Frida porte dans son autoportrait aux cheveux courts, alors qu'elle venait de se couper elle-même les cheveux par révolte contre les tromperies de Diego. 

Ou son "accessoire" fétiche : son petit singe adoré, Fulang Chang (voir ci-dessous).

Feuillages,  petit singe...
"Un ruban autour..." p76
Fulang chang et moi
1937 (MoMa NY)
En fait, les informations sur les codes vestimentaires de Frida sont plus fournies dans l'annexe de l'ouvrage intitulée : "Mon vêtement, c'est moi"
L'évolution des tenues que porte Frida au gré des événements de sa vie y est fort bien décrite, mettant en regard les tableaux où elle se peint arborant à dessein telle ou telle tenue. 

L'ouvrage comprend aussi un focus très intéressant sur
 ses coiffures et sur ses bijoux, également mis en scène dans ses différents autoportraits.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...